Ma douce Bérénice

0 appréciations
Hors-ligne
Je suis maman de 4 merveilleuses petites filles, Chloé, Amandine, Juliette et Bérénice... mais cette dernière nous a quittés le 2 avril dernier après 4 jours de vie.

Juillet 2009, c'est décidé on va essayer d'avoir un 4è bébé. Le 6 août, le test est positif. Petit texto pour papa "bébé en route". Il est ravi. On choisit de n'en parler à personne, c'était notre secret... jusqu'aux vacances de la Toussaint où, ne pouvant plus cacher mon ventre arrondi, la nouvelle s'est répandue peu à peu.

Mois après mois, le suivi se fait, une écho à chaque visite, tout va bien, le bébé grandit harmonieusement, je grossis normalement... un peu de fatigue, mais c'est une 4è grossesse, je travaille à temps plein et mes 3 autres puces m'occupent aussi beaucoup.

L'entourage se demande si nous avons fait ce bébé pour avoir un garçon. Et bien non ! 4 enfants, c'est un rêve pour moi depuis toujours. D'ailleurs, on ne veut même pas connaître le sexe de ce bébé : garçon ou fille peut importe, pourvu qu'il soit en bonne santé !!!

En fin de grossesse, je fais un monitoring par semaine car j'ai pas mal de contractions. Mais rien, le bébé bouge bien, le col est fermé, pas de risque de prématurité.

Le 22 mars, nouveau monitoring à 3 semaines du terme. La sage-femme me dit : "Il y a beaucoup de liquide, votre bébé a une belle piscine." Le gynéco me voit juste après, il ne confirme pas, il n'infirme pas. Il fait une écho : le bébé a encore grandi depuis la dernière écho. Il pense qu'il sera ni trop gros, ni trop petit.

Le 29 mars, monitoring à 14h. Bébé bouge toujours avec un rythme cardiaque à 125 en moyenne... on me parle de bébé qui sera endurant ! A l'issue du monito, l'examen montre que mon col est ouvert à 2 cm. La sage-femme me dit de rentrer en me disant de revenir dès que ça se précisera, car la tête de bébé lui semble haute et elle a peur qu'à la rupture de la poche, le cordon passe avant la tête.

Je rentre, me pose sur le canapé et attends patiemment. J'appelle famille et amis pour organiser la prise en charge des grandes à l'issue de l'école et des activités. Mes parents prennent la route pour être là au mieux vers 22h.
Vers 17h30, j'appelle mon mari pour lui dire de rentrer. Il a une heure de route à faire...
A 18h45, nous partons pour la maternité. J'explique à Juliette que je vais aller à l'hôpital chercher le petit frère ou la petite sœur et qu'elle pourra venir nous embrasser le lendemain matin.

Arrivée à la maternité, la sage-femme que j'avais vue à 14h m'emmène directement en salle de travail (les 2 salles d'accouchement sont déjà occupées). Mon col est dilaté à 6 cm, mais est tellement souple qu'elle ne fait pas vraiment confiance à cette mesure. Mon mari demande dans combien de temps va naître le bébé. Elle lui répond : "Entre 3 minutes et 5 heures." On sourit. Elle prend le dossier, prépare la perfusion, la table pour accueillir le bébé, m'installe le monitoring... Bref. A 20h, elle décide de rompre la poche des eaux pour maîtriser le flux.

2 litres de liquide, puis encore 2... et ça coule toujours... et arrive ce qui devait arriver : le cordon se présente avant la tête. La sage-femme repousse la tête pour qu'elle ne comprime pas le cordon, et appelle le gynéco.
Ni une, ni deux, il faut faire une césarienne.
Direction le bloc, anesthésie générale, et bébé naît à 20h14.
C'est une petite fille : Bérénice, 1,885 kg et 44,5 cm.

1,885 kg à 39SA... le pédiatre et le gynéco sont surpris. Le pédiatre l'emmène pour faire les soins. Il veut lui passer une sonde gastrique... impossible. Il finit les examens et va voir mon mari (moi, je suis toujours anesthésiée au bloc). Pour lui, il y a un doute de maladie génétique. Mais il faut faire des examens complémentaires.
A 1h du matin, je suis amenée dans ma chambre. Au passage, on m'arrête devant la pouponnière où maman et mon mari sont là avec Bérénice. La puéricultrice me la montre de loin, elle est en couveuse et moi je suis alitée. Maman me regarde et me dit émue "Elle est petite, mais elle est jolie." Je suis heureuse. La césarienne a sauvé mon bébé ! Je voudrais la prendre et lui donner le sein. Mais ça ne semble pas possible pour l'instant.

Encore shootée par l'anesthésie et armée d'une pompe à morphine, je passe la nuit dans ma chambre avec mon mari près de moi. Au petit matin, le pédiatre vient dans la chambre. Là, il me dit que Bérénice ne s'alimente pas, qu'elle recrache le lait. Ils ont essayé de lui passer une sonde gastrique sous radio et verdict : atrésie de l'œsophage. Son œsophage fait une coude, le lait remonte et ne descend pas jusqu'à l'estomac. Bérénice est donc mise sous perfusion. Le pédiatre m'explique qu'elle va être transférée dans un hôpital en néonat pour être opérée de son atrésie et pour voir si cette malformation est due ou pas à une maladie génétique, comme il le pressent.

Avec mon mari, on accepte sans hésiter le transfert.
Pour le mien, il va falloir attendre le soir ou le lendemain, car je suis encore perfusée et je ne peux pas me lever.
Le psychologue de l'hôpital fait en sorte que je puisse passer du temps avec Bérénice avant son départ.
On m'amène en pouponnière dans mon lit, et on me pose Bérénice dans les bras. Elle est petite mais toute belle. Seuls les tuyaux nous gênent pour être vraiment à l'aise. Bisous, câlins, mots rassurants... je fais connaissance avec ma puce.

De retour dans la chambre, je commence à réaliser, et je pleure. On est sous le choc ! Notre bébé tant attendu, qui devait arriver "comme une lettre à la poste" est malade, très malade. Elle ne peut pas s'alimenter. Je ne peux pas la nourrir...
A midi, l'ambulance vient la chercher. Toute l'après-midi, nous attendons des nouvelles.
Vers 19h, le pédiatre revient. L'atrésie est confirmée. Mais le chirurgien et l'équipe pédiatrique du CHU ont décidé de ne pas l'opérer, car il y a aussi une fistule entre l'œsophage et la trachée, une communication inter ventriculaire et un rein atrophié... et surtout, le généticien qui l'a vue semble aussi penser à un syndrome d'Edwards.
Je demande ce que c'est et qu'elles sont les conséquences : maladie létale !!!

Coup de massue : létale... Ce gars est en train de m'expliquer que mon bébé va mourir, qu'on ne peut rien faire, que quoiqu'on fasse, sa maladie génétique la tuera. Je ne comprends pas : on nous bassine avec la trisomie 21 à longueur de grossesse et là, on me dit qu'il existe une trisomie pire que celle-là, la trisomie 18, dont l'espérance de vie est de quelques semaines dans le meilleur des cas. Je m'écroule. On me propose d'être transférée encore le soir-même ou dès le lendemain matin. Ce sera pour le lendemain matin. Ma grande attendait dans le couloir lors de la visite du pédiatre. Il me faut lui annoncer que sa petite sœur ne rentrera sans doute jamais à la maison. Maman et mon mari restent auprès de moi... je suis effondrée,eux aussi.

Comment c'est possible ? Pourquoi ce cauchemar ???
A minuit, je ne dors toujours pas. Je pleure, je pleure, je pleure. Où est mon bébé ? Comment va-t-il ? J'appelle la réa néonat. On me rassure. Elle a fait quelques apnées, mais l'oxygène l'aide bien.

Je l'ai rejointe le lendemain matin.
Elle était en réa-néonatale. On peut y aller 24h/24... j'ai enfin pu la toucher, la regarder, l'entendre pleurer et la porter contre moi. J'ai pu aussi voir combien elle était jolie. Aucune malformation externe. A la regarder, on ne pouvait pas voir qu'elle était malade, c'était d'ailleurs dur d'y croire. Elle était juste petite, fragile, comme un bébé de 1,885kg pour 44,5cm. Sa peau était toute douce, son visage fin. Elle était belle !

Pendant les jours qui ont suivi, je l'ai aimée de tout mon cœur, je l'ai rassurée, je l'ai bercée, je lui ai beaucoup parlé, je l'ai embrassée, je l'ai prise en peau à peau, je lui ai prodigué les soins que l'on m'autorisait à faire : prendre la température, changer la couche, faire sa toilette avec des petites compresses.

Je lui ai donné tout ce que je pouvais autant que je le pouvais.

Mais le 3è jour, on nous a confirmé le diagnostique : elle avait bien ce petit chromosome supplémentaire qui l'avait rendue si malade. Le pédiatre ne lui donnait que 2 ou 3 jours à vivre. Tout allait être fait pour qu'elle soit bien. Elle a été installée dans une chambre seule où nous pouvions aller avec nos 3 autres filles qui ont pu aussi la porter et les papys-mamies. Les soins invasifs ont été suspendus, mais elle recevait les soins de confort.
Nous avions prévu de la faire baptiser le samedi 3 avril en présence de ses sœurs, son parrain, sa marraine, ses grands-parents, mon frère et mes neveux.

Le vendredi soir vers 23h, alors que j'étais auprès d'elle, je me suis dit qu'il était temps d'aller me coucher, de préparer son petit vêtement pour le baptême et de la laisser se reposer.
Au moment où l'infirmière la remettait dans sa couveuse, son cœur a brusquement ralenti. L'infirmière a bipé les médecins et s'est tournée vers moi en me disant : "Madame, rapprochez vous de votre petite fille, elle a besoin de vous, je suis désolée."

J'ai cru que le monde s'écroulait. J'ai pleuré. Ils m'ont installée dans le fauteuil, ont déposé ma petite fille dans mes bras, et pendant une trentaine de minutes, alors que son cœur ralentissait doucement, je l'ai bercée, je lui ai murmuré tout mon amour, celui de son papa, celui de notre famille, je lui ai chanté des berceuses pour la rassurer, et j'ai pleuré, et je lui ai encore dit combien je l'aimais, et je la berçais encore...

Ce vendredi 2 avril, à 23h38, elle s'est définitivement endormie dans mes bras pendant que je lui chantais "Une chanson douce".

... Aujourd'hui, 10 semaines ont passé depuis sa naissance... mon monde s'est écroulé, mes projets, nos projets...
Quoique je fasse, son absence se fait ressentir.
Elle me manque, son odeur, sa douceur, son regard...
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !!!

Mon bébé, mon bébé à moi... où es-tu ?
Béatrice

0 appréciations
Hors-ligne


Béatrice,

merci d'être venu confier ton histoire et celle de ton Bérénice.Cette douleur qui te ronge,cette souffrance,ce manque,oh comme je peux les comprendre!!Nos petits anges se sont envolés depuis à peine plus de 2 mois et notre douleur est encore trop vive.
Mais tu sais que je serai toujours là pour t'écouter...
Je t'embrasse bien fort,à très bientôt, Myriam.
Gros câlins à nos bébés ange,Loan et Bérénice


Dernière modification le 07-06-2010 à 15:25:41

Maman de Trystan 14ans,Kylian 11ans,Lizzie,d'une étoile 12SA(2008) Loan (19.12.2009-1.04.2010)opéré d'1 TGV+CIV à 23j

0 appréciations
Hors-ligne
Coucou Choupette,

Maman pense bien fort à toi.
Aujourd'hui, j'ai revu la sage-femme qui avait organisé mon transfert auprès de toi... on a parlé, elle a été très gentille... ça me fait toujours beaucoup de bien de parler avec des "témoins" de ton existence, même si ça m'émeut et que des larmes coulent.
Mais ce ne sont pas des larmes de douleur, simplement des larmes d'émotion quand je pense à ces moments de vie avec toi...

Je t'aime mon bébé, et ces instants avec toi restent un merveilleux souvenir, je peux te l'assurer.
Bonne nuit mon ... à très vite

Maman
Béatrice

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Béa,

Hier je n'étais pas là pour te parler.Merci pour avoir pris des nouvelles de Trystan.Il a fini son antibio,nous lui avons passé une écho,et heureusement il ne reste plus de morceaux de bois à l'intérieur
de son pied.Mais il a encore une visite chez le chirurgien pour contrôler de nouveau.
J'espère que ça va mieux,mais pour toi comme pour moi, dans 4 jours pour toi et 3 pour moi,c'est encore une date où les souvenirs de douleurs vont se bousculer dans notre tête et notre coeur.Où le manque sera encore plus présent.je t'embrasse,à très bientôt.
Douces pensées à Loan et à Bérénice,nos petits anges d'Amour...
Myriam.

Maman de Trystan 14ans,Kylian 11ans,Lizzie,d'une étoile 12SA(2008) Loan (19.12.2009-1.04.2010)opéré d'1 TGV+CIV à 23j

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir Myriam,

Pour Trystan, je suis bien contente. C'est un poids en moins pour chacun de vous.

Pour les jours qui viennent, je pense surtout à demain... ma petite puce aurait 3 mois. Elle devrait gazouillée, essayer de tenir sa tête, se redresser quand on la met à plat ventre, commencer à rire...
Et non, elle est dans son petit cercueil, dans ce cimetière, seule... y'a même des gens qui viennent lui voler des petits objets que je lui dépose sur sa tombe, comme cette jolie coccinelle en bois peint que je lui avais choisie et déposée jeudi dernier.
Je suis en colère.
Je suis .
Je veux me battre.
Parfois j'en trouve la force puis un peu plus tard, je m'écroule.
La douleur est si vive !!!
Il faut tenir, il faut y croire, mais c'est difficile quand tout nous semble vain, quand on se sent inutile, quand on se demande Pourquoi ? Pour qui ? Dans quel but ? Quel est le sens de cette vie ?

Je veux mon bébé..............
Béatrice

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir Béa,

Je pense bien à toi ce soir,car il est minuit passé et nous sommes le 2 Avril.Il y a cette date à 1 jour d'intervalle qui nous rapproche toi et moi malheureusement et je ne peux que penser à toi à cet instant car 3 mois sont déjà passé sans nos amours de bébé.
3 mois où les merveilleux souvenirs de nos anges s'emmêlent aux souvenirs douloureux de leur départ.
Grandes pensées à toi,et doux à nos bébés d'Amour
Loan et Bérénice,que nous aimons pour l'éternité.
Myriam



Dernière modification le 02-07-2010 à 00:53:57

Maman de Trystan 14ans,Kylian 11ans,Lizzie,d'une étoile 12SA(2008) Loan (19.12.2009-1.04.2010)opéré d'1 TGV+CIV à 23j

0 appréciations
Hors-ligne
LE MUR Traduction française suivi de l'original en anglais.

Tu es en train de marcher avec tout le monde, le soleil brille, tout va bien, et là, tu rentres BOUM dans un mur de briques. Et cela fait mal – même très mal. Tu as mal à la tête, à la poitrine, là où est ton cœur bat, et au ventre. Et cela te secoue comme seul un tel choc peut le faire. Cela t’arrête net dans ton chemin. Et tu restes debout là en train de te demander: "Comment ça se fait que je ne l’ai pas vu arriver ? Qu’est ce qui vient de se passer? Comment peut-on me faire une chose pareille?" Tu regardes autour de toi et tous les autres semblent parfaitement bien contourner le mur. Ils continuent comme si de rien n'était et le soleil brille toujours pour eux. Ils ne voient même pas le mur. Ils ne savent même pas qu’il est là. Et tu te rends compte que tu ne savais pas qu’il était là avant de te taper dedans – tu ne savais même pas qu’il y avait un mur que tu pourrais heurter –pas maintenant, pas à ce stade. Lentement, tu te ressaisis. La douleur dans ton ventre est devenue une nausée, ton cœur fait toujours mal, ta tête est pleine de questions à propos de ce mur de briques. Comment ? Quoi ? Où ? Pourquoi ? Surtout POURQUOI ? Pourquoi quelqu’un te laisserait-il heurter ce mur de brique – pourquoi l’ont-ils mis devant toi et personne d’autre ?

Tu peux re-marcher maintenant que la douleur dans ton ventre, et peut-être dans tes jambes, a diminué. Donc, doucement, tu contournes le mur et tu arrives de l’autre côté. Mais ce n'est pas la même chose de ce côté là. C’est plus gris et plus vide. Et tu sais que tu as laissé quelque chose derrière – quelque chose de très précieux et que tu veux récupérer. Tu te retournes et le mur est là, derrière toi, et tu as l’impression qu’il te heurte avec la même force quand tu te rends compte que tu ne peux pas revenir en arrière. Il bloque ta route et il sera toujours là. Tu frappes le mur avec tes poings, tu pleures, tu cries, mais il est incassable et absolu. Il ne te laissera pas récupérer ton précieux petit paquet – ce paquet doit rester de l’autre côté et tu dois continuer sans lui. Tu ne peux pas reprendre le même chemin que tu suivais avant de heurter le mur de brique. Cela est impossible. Donc, tout ce que tu peux faire, c’est d’avancer et de marcher à partir de là. Mais c’est dur et tes jambes n’ont pas envie de le quitter. Tu sais que quand tu regardes derrière toi, il est toujours là. Tu vas peut-être le perdre un peu de vue, mais si tu regardes bien, tu le verras toujours – même de très loin. Tu regardes autour de toi à nouveau et tu vois tous les gens qui n’ont jamais heurté le mur de brique qui continuent aussi. Tu parles de ce mur à certains et ils compatissent – "cela a du faire mal", disent-ils. Tu as l’air en forme pourtant– tu n’a pas de plaies ou de bleus visibles, parce que ceux là guérissent. "Donc ça doit aller maintenant", disent-ils. Tu as envie de crier," mais mes blessures sont à l’intérieur". Comment cela se fait que tu n’es pas au courant de l'existence de ce mur – pourquoi cela n’aura pas pu être toi qui l’aies heurté à ma place. Et puis tu te sens mal – tu sais que tu ne voudrais pas vraiment que quelqu’un d’autre heurte ce mur.

Certaines personnes sont bien. Peut-être ont-ils vu le mur dans le passé ou peut-être sont-ils passés très près – peut-être sont-ils de bons amis ou de la famille qui ferment les yeux et imaginent vraiment ce que cela fait de heurter ce mur. Ce sont eux qui t’aident à continuer d'avancer. Les gens te disent que tu n’heurteras plus jamais ce mur de brique – cela n'arrive seulement qu'une fois dans la vie. Et tu as envie de les croire, même si tu ne peux jamais en être certain. Devant toi, tu as l’impression que ton chemin va de nouveau croiser le soleil – ce même soleil dans lequel tous les autres baignent. Et tu peux peut-être apercevoir juste là un autre paquet qui t’attend pour que tu le ramasses et que tu le portes avec toi toute ta vie. Et peut-être, si tu es assez forte et que tu continues d’avancer, qu’un jour tu y arriveras. Mais ce n’est pas le même paquet qu’avant – cela ne peut pas l'être. Celui là est derrière le mur. Le mur qui est toujours là, si tu regardes derrière toi. Et là-bas, sur le mur, pour toujours, est écrit un message avec des lettres d’un kilomètre de haut, un message que toi seul peux voir :
"Mon bébé chéri, repose en paix".

Rachel Butterworth (écrit pour sa fille Rhianna, mort-née le 16/10/05.)
SANDS newsletter “Footprints” 2006 issue 2.
Béatrice

0 appréciations
Hors-ligne
Béa,

que dire après un tel texte.
C'est tellement vrai,tellement notre histoire.
C'est exactement ça! Un MUR!
Un tel choc,qui nous fait souffrir,mais que les personnes qui ne l'on pas heurté,ne comprennent pas que la douleur est intérieure et pas visible au premier abord.
Merci de me l'avoir fait partager,des frissons me parcourent le corps.
Si seulement,ces murs n'avaient pas pu être construit,si seulement,on pouvait avoir encore dans nos bras nos petits paquets et continuer à aller vers le soleil qui brille.
Bonne Nuit Béa,doux rêves à nos anges,Loan et Bérénice
qu'ils puissent de loin nous regardez avancer sans nous lâcher du regard.

Maman de Trystan 14ans,Kylian 11ans,Lizzie,d'une étoile 12SA(2008) Loan (19.12.2009-1.04.2010)opéré d'1 TGV+CIV à 23j

tellement vrai...

si seulement on pouvait retourner dans le passé...et faire que c'est derniers instant dur pour l'eternité.......
pleins de pensée a vos petits ange et a mon fils d'amour qui me manque
plein de courage a vous et de pensées
volant a nos petits coeurs

0 appréciations
Hors-ligne
:fee: Béa,

J'espère que tu vas bien,je pense bien à toi.
tu sais que je suis là,si tu as besoin de moi...
Bisous tout doux à ta princesse Bérénice et à mon petit prince Loan.
Bises à toi,Myriam.





Dernière modification le 29-07-2010 à 00:41:51

Maman de Trystan 12ans,Kylian 9ans,d'une poussière d'étoile 12 SA,et de Loan(19.12.2009/1.04.2010)

0 appréciations
Hors-ligne
Aujourd’hui j’ai peur.
Peur de la prochaine journée éprouvante de cette vie : la cousinade du 14 juillet.
Tous les cousins seront là, et plus particulièrement Christel avec le petit Benjamin de 6 semaines, Aurélie qui doit accoucher le 20 août, Amélie qui doit accoucher le 5 novembre… et moi, moi sans mon bébé, moi avec ma souffrance, moi qui vais devoir porter ma carapace, qui vais devoir taire ma douleur, qui vais encore une fois retenir mes larmes, étouffer ma douleur, tout enfermer dans ce coffre fort au fond de mon cœur. Coffre fort qui explose tellement il en contient déjà des larmes retenues, des douleurs étouffées.
J’en ai marre de mentir, de faire semblant.
Je veux qu’on m’accepte comme je suis, avec toutes mes facettes, avec ma facette « maman en deuil qui souffre et qui souffre et qui souffre ». Non je ne veux pas qu’on me dise « Tu as bonne mine ! Tu vas mieux ? », « Ça fait du bien de te retrouver Béa ! »
Non, l’ancienne Béa est morte avec Bérénice. La nouvelle, c’est celle qui est devant vous et que vous ne voulez pas voir. Celle qui pleure son enfant perdue, celle qui n’a plus goût à grand chose et qui doit réapprendre à vivre.

Voilà Myriam, des idées un peu s en ce moment... mais ça va aller... les jours avec devraient revenir...
Béatrice

0 appréciations
Hors-ligne
:fee: Béa,
je suis vraiment peinée de voir que tu n'es pas bien.
Aujourd'hui j'ai vu ma psy et je vais te dire une phrase quelle m'a dite:- "Vivez votre chagrin,n'essayez pas de faire plaisir aux autres en les protégeant de vous,vous n'avez pas à vous culpabiliser d'être .Les gens vous accepteront avec votre douleur et votre sse s'ils sont proches de vous,que ce soit vos amis,la famille.Il vous faudra du temps pour être mieux,mais ne vous imposez pas des limites dans votre sse,ne vous mettez pas la barre trop haute,vos enfants et votre famille comprendront de vous voir c'est même l'inverse qui ne serai pas normale,mais votre sse,votre chagrin est tout naturel,laissez le sortir car c'est en pleurant que l on guerrit."

Voilà,et je pense de tout mon coeur qu'elle a bien raison.Si tu te caches trop,si tu fais semblant,ils ne comprendront pas que tu pleurs,que tu as mal,alors ne fais plus semblant.Fais comme tu le sens,pleurs,fais ce qu'il te semble bon pour toi,pour que tu sois mieux et arrêtes de penser aux autres,penses à toi,à tes filles et ton mari pour Bérénice.TU AS LE DROIT D'ETRE MALHEUREUSE.
J'espère que je ne t'ai pas froissé en écrivant ces mots,mais tu es la seule juge,il n'y a que toi qui peut savoir ce qui est bon pour toi,même si un jour tu te sent mieux et le lendemain mal,seule toi peut savoir,écoutes ton coeur,écoute ce que ta tête te dis et fais toi confiance.
Je t'embrasse bien fort,et te souhaite beaucoup de courage.
Tendres câlins à nos poussins,Loan et Bérénice
Myriam.

Maman de Trystan 12ans,Kylian 9ans,d'une poussière d'étoile 12 SA,et de Loan(19.12.2009/1.04.2010)
Jessy

Bonjour Béa

Commet vas tu ? Je suis désolées prendre de tes nouvelles plus toto. Mais je pense a toi.

Je suis d'accord avec Myriam, si tu as envie de pleurer et bien laisse tes larmes couler il n'y a ps de honte. Et comme le dit sa psy ne te cache quand tu pleure et quand des personnes demande comment vas tu Beatrice ? Tu leur répond ca va pas du tout ma fille me manque et je souffre. Le jugement des autres tu t'en fiche, comme dit Myriam tu as le droit d'etre malheureuse.

Courage m belle, si ca ne vas pas tu sais que nous sommes la, hésite a nous ecrire.

Gros s et douces pensées a Bérénice qui veille sur toi

Jessy



Dernière modification le 13-07-2010 à 08:32:14

Dernière modification le 13-07-2010 à 08:32:38
Jessy


0 appréciations
Hors-ligne
:fee: Bonjour Béa,
pour toi et ta jolie pupuce Bérénice.
Amitié,Myriam.






Maman de Trystan 12ans,Kylian 9ans,d'une poussière d'étoile 12 SA,et de Loan(19.12.2009/1.04.2010)

0 appréciations
Hors-ligne
Tu t'invites chez moi
Sans en être prié
Mais tout au fond de moi
C'est toi que j'attendais
On se serre un peu plus
Tu tiens tellement de place
Et depuis ta venue
Je me regarde en face
Faire mon premier pas
Faire mon premier geste
Et l'enfant que je vois
M'a pris tout l'amour
Qui me reste.
Béatrice

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Myriam,

Je vois que tu as "accrochée" avec ta psy et qu'elle t'invite à suivre un chemin sur lequel tu te retrouves.
Merci de partager avec moi.
Le mien est en congés, 5 semaines entre le dernier et le prochain RDV... c'est p'têt pour ça que je piétine en ce moment.
Alors encore merci de partager !

Je t'embrasse.
Continue à prendre soin de toi.
Nos bébés sont à jamais dans notre vie, dans nos cœurs.
Béatrice

0 appréciations
Hors-ligne
:fee: Béa,

ça m'a fait très plaisir de te parler ce soir sur msn.
Je pense bien à toi,je suis là tu le sais.
Tendres caresses à ta jolie Bérénice.
De tout avec toi.
Myriam.

Maman de Trystan 14ans,Kylian 11ans,Lizzie,d'une étoile 12SA(2008) Loan (19.12.2009-1.04.2010)opéré d'1 TGV+CIV à 23j
Jessy

Coucou Béa

u vas bien ? Comme promis je te met le2ème montage photos que je t'ai fait qui j'espère te feras plaisir aussi.

Gros s et douces pensées a ton ange Bérénice

Jessy





Dernière modification le 17-07-2010 à 10:59:34

0 appréciations
Hors-ligne
:fee: Bonsoir Béa,
j'espère que tout se passe bien pour toi,je voulais juste te dire bonsoir et que je pense bien à toi,je t'envoie plein de force et de courage,et penses à ce que je t'ai dit l'autre jour "TU AS LE DROIT"(...)
N'oublies pas que je suis là et disponible.
Grandes pensées toutes tendres à nos angelots,Bérénice et Loan,pour toujours dans nos coeurs.
Bises,Myriam.

Maman de Trystan 14ans,Kylian 11ans,Lizzie,d'une étoile 12SA(2008) Loan (19.12.2009-1.04.2010)opéré d'1 TGV+CIV à 23j

0 appréciations
Hors-ligne
:fee: Jolie Bérénice,

Je te souhaite un très bon MOIS-iversaire petite puce.
Déjà 4 mois jolie Ange.Je te fais pleins de gros s ainsi qu'à ta maman,à qui tu manques énormément.
Sois heureuse,dans ce monde merveilleux qui t'a accueilli.
Tendres pensées.
Myriam,la mamaange de Loan.


Maman de Trystan 12ans,Kylian 9ans,d'une poussière d'étoile 12 SA,et de Loan(19.12.2009/1.04.2010)

0 appréciations
Hors-ligne
Et oui, voilà 4 mois que tu es née ma petite fille.

A cette heure-ci, pour la première fois, je te tenais contre moi... quelques instants précieux pour te rencontrer, te voir, te toucher, te caresser, te rassurer avant ton transfert au CHU.

Mais j'étais encore confiante : une petite opération, et tout allait rentrer dans l'ordre. Je n'avais pas encore compris que ta malformation avait une origine chromosomique grave... létale.

Mon bébé, je pense très fort à toi, je me repasse le film de ta vie en boucle chaque jour, chaque nuit... parfois je suis sereine, et parfois, comme ces temps-ci, mes larmes coulent encore.

Je t'aime à jamais ma princesse.
Maman
Béatrice

0 appréciations
Hors-ligne
:fee: Béa,

j'espère que tu vas bien.Que tout se passe bien pour toi.
Tendres pensées à ta princesse Bérénice.Bien le bonjour à toi et à toute ta famille.
Bises, Myriam.

Maman de Trystan 12ans,Kylian 9ans,d'une poussière d'étoile 12 SA,et de Loan(19.12.2009/1.04.2010)

0 appréciations
Hors-ligne
Béatrice,
Tout d'abord merci pour ton message d'hier.

Aujourd'hui,encore un 2.Toute notre vie,nous penserons à "ces dates" qui nous rappelleront que le destin nous a arraché notre raison d'être,d'être des mamans heureuses et épanouies.
Et maintenant nous sommes devenues des mamaanges,avec un coeur meurtri pour la vie,avec une partie de nous qui est morte,avec cette lumière éteinte dans nos yeux qui a laissé place aux larmes.
Nous savons très bien,que pour la vie,ce sera notre quotidien,et nous nous battons pour arriver à vivre avec.

Je te souhaite beaucoup de courage pour cette journée,je t'envoie mes pensées,mon soutien,SACHES qu'en ces jours marqués par la sse,je pense bien fort à toi.
Ma psy,l'autre jour m'a dit un conseil pour mieux affronter ces journées "souvenir"
Elle m'a dit de faire un rituel mais positif quand il y a la date de son départ.Du jardinage,pour planter quelque chose,un dessin,créer quelque chose,se retrouver avec les siens et passer un moment fort ensemble,trouver un rituel,pour arriver à transformer cette journée de sse en un rituel positif pour nous comme pour notre famille.Je te l'accorde,c'est plus facile à dire qu'à faire,mais je voulais te faire partager ce conseil,ça peut être une idée pour essayer de passer le cap de "cette journée date".
En tout cas,je pense très fort à toi.
Et t'embrasse bien fort ainsi que ta jolie princesse Bérénice.
Amitié,Myriam.



Dernière modification le 02-08-2010 à 09:56:50

Maman de Trystan 12ans,Kylian 9ans,d'une poussière d'étoile 12 SA,et de Loan(19.12.2009/1.04.2010)

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir,

Et bien ce mois-ci, le 2 fut moins dur que le 3... Pourquoi ? Parce que le 3 août 2009, j'avais la confirmation qu'un bébé grandissait en moi et dès les résultats du test, je partageais ce bonheur avec mon mari !!!
Où est ce bonheur ? Où est cette euphorie ? Où est cette confiance en l'avenir, en la vie ???

Envolée avec toi ma douce princesse.
Encore aujourd'hui je ne comprends pas ce qui s'est passé, pourquoi cette maladie t'a frappée, pourquoi tu n'es pas auprès de moi, auprès de nous...

Et pourtant, tu ne me quittes pas... mes pensées volent encore et toujours vers toi, mon bébé de 4 jours à jamais.
Je vis ce jours encore et encore, chaque jour un nouveau détail me revient, une nouvelle question se pose, un nouveau "si"... "et si..."

Je t'aime ma canaille.
Béatrice

0 appréciations
Hors-ligne
:fee: Bonsoir Béatrice,

Cela me fait très plaisir de te revoir et je voulais te dire merci aussi pour tes messages sur mon poste.
Oui,hier,j'ai beaucoup pris sur moi pour enlever ses affaires,tellement pris sur moi,que je n'ai cessé de pleurer le reste de la journée,j'étais inconsolable.Mais en même temps,soulagé car ce n'était plus à refaire.Mais j'ai ressenti en levant ses affaires la même douleur que le jour de sa mort.J'avais l'impression que l'on me l'arrachait encore une fois,sauf que là c'était moi la responsable,qui avait décidé ce moment,il le fallait,pour ma famille,pour moi mais surtout pour Loan.

Je pense très fort à toi,et désolée que ces derniers jours tu n'es pas été bien toi non plus moralement.
Comme je te disais l'autres jours,toujours "ces fameuses dates"qui seront gravée à vie dans notre mémoire corporelle,qui nous feront souffrir toute notre vie,inconsciemment ou consciemment.
Et notre esprit,toujours à gamberger,afin de nous renvoyer toujours plus de détails,de souvenirs,plus ou moins douloureux,comme le jour où l'on nous annonce que notre bébé est malade,l'instant où l'on nous dit que notre bébé est très fatigué et qu'il est dans un état critique,et quand on nous dit qu'ils sont désolés,que tout est terminé .

A très bientôt Béa.Grandes pensées à ta princesse Bérénice et à mon petit prince Loan,pour toujours dans nos coeurs.
Bises à toi et aux tiens.
Mymy.

Maman de Trystan 14ans,Kylian 11ans,Lizzie,d'une étoile 12SA(2008) Loan (19.12.2009-1.04.2010)opéré d'1 TGV+CIV à 23j

0 appréciations
Hors-ligne
Je ne te reverrai plus jamais, je ne t’entendrai plus gémir comme tu le faisais durant les soins, je ne sentirai plus l’odeur de ta peau, ce doux parfum qui t’habillait si bien.
Je ne partagerai pas avec toi mes joies et mes chagrins, nous ne nous raconterons rien.
Tu ne porteras jamais tous ces petits vêtements si frais de l’été, les doux pulls de Mamy les froids d’hiver… tu porteras à jamais ce body blanc bien repassé, ce pyjama qui a vêtu ta sœur Chloé pour la première fois, et cette brassière que je t’avais choisie et que Mamie t’a amoureusement tricoté.
Tu ne verras pas fleurir le jardin en été, ni les neiges le recouvrir en décembre.
Tu es partie avant que le printemps ne vienne, tu m’as laissée, sans prévenir, et jamais de ma vie je ne me suis sentie aussi seule que dans cet hôpital où l’on m’a murmuré que tu n’étais plus.

« Mon bébé est mort aujourd’hui », cette phrase, cent fois je me la suis répétée, cent fois sans jamais pouvoir y croire. L’absence née au jour de ton départ ne m’a jamais quittée.

J’ai posé mes lèvres sur tes joues. Un dernier baiser à son enfant est comme un rideau qui tombe pour toujours sur votre bonheur. Je suis restée une partie de la nuit à te veiller, tu ne veilleras jamais sur moi.
Je ne rêve qu’à pouvoir, ne serait-ce qu’un instant, te prendre dans mes bras, te dire sans pudeur que je t’aime, te serrer contre moi, pour te rassurer, encore une fois.

On ne perd jamais son enfant, même après sa mort, il vit encore en nous.
Nous qui l’avons conçu, qui avons donné tout cet amour, nous ne pouvons pas l’oublier.
Mais l’idée de savoir qu’il n’est plus d’endroit dans le monde où elle respire, que je n’entendrai plus sa voix, que le berceau restera vide à jamais, me plonge dans une solitude que personne ne peut concevoir.
Je ne cesse de penser à ma fille. Elle est présente à chacun des moments de ma vie. Il m’arrive d’écouter une chanson et de lui en adresser les paroles, et chaque jour de sentir tout ce qui me rappelle à elle ; il m’arrive même de lui parler à voix basse.
Un enfant ne meurt jamais tout-à-fait, son immortalité est là, dans le cœur de sa mère qui l’a aimé.
Je sens encore sa présence en moi, contre moi.

A la maison, je suis restée comme une idiote devant ce berceau vide et je n’ai pu retenir mes larmes. Pareil devant tous ces vêtements qui attendaient qu’elle grandisse.
Et puis toutes ces choses qui se font et qui me rappellent qu’elle ne les vit pas.

Ce sont ces petits détails qui font soudain prendre vraiment conscience de la disparition de ceux qu’on a aimés : un body encore taché, une tétine au bord de l’évier, une photo accrochée au mur, un matelas à langer où personne ne se s’allonge, un paquet de couches pas même entamé.
Mon insouciance est là, évanouie dans cette maison vide de souvenirs, les souvenirs d’une mère et des années que nous ne vivrons jamais ensemble.

Ces quelques lignes me sont venues comme une évidence, après avoir lu "Le voleur d'ombres" de Marc LEVY

Mille douceurs à toi ma Bérénice.
Maman.
Béatrice

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Béatrice,

Après "ces quelques lignes",que rajouter.
Mes mots paraîtront inutiles car tu as si bien expliqué tes sentiments,ton quotidien,nos pensées et ressentis,ces lignes sont tellement fortes de sens,c'est tellement vrai.
Je suis émue à la lecture de ton message.

Les mots ne me viennent pas,alors je te dirai simplement que je pense bien fort à toi et à ta douce Bérénice,que nous avons encore beaucoup de chemin à faire pour trouver un tout petit semblant de paix intèrieur.

J'espère pouvoir te parler très bientôt sur msn,le bojour à toute ta famille,je t'embrasse,et tendres tout doux pour ta jolie princesse Bérénice.
Amitié,Mymy.


Maman de Trystan 14ans,Kylian 11ans,Lizzie,d'une étoile 12SA(2008) Loan (19.12.2009-1.04.2010)opéré d'1 TGV+CIV à 23j

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour ma Zoupinette,

Aujourd'hui, c'est vendredi... 20 semaines... c'est si loin et pourtant je te sens encore contre moi, je te berce, tu te repose contre mon cœur, je te tiens chaud, tu es bien, tu es calme.
Tu sens que c'est ta maman qui te garde contre elle, tu es rassurée.
Et moi je suis si heureuse... depuis le jour de ta naissance j'attendais de t'avoir ainsi contre ma peau, comme je l'avais rêvé avant d'accoucher... sentir son bébé contre soi, c'est la sensation la plus merveilleuse que je connaisse, la plus apaisante, celle qui gonfle le cœur de façon démesurée.

Ces heures, je ne pourrai jamais les oublier, ni celles qui vont suivre où je te tiendrai la main jusqu'au bout de ta vie.

Oh mon bébé ! Comme je t'aime ! Tu me manques !

Ta maman.
Béatrice

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir Béatrice,

J'espère que ça va pas trop mal en ce moment,que tu arrives un peu à sortir la tête hors de l'eau.

Pour ma part,le moral n'est pas terrible et comme toi j'ai l'impression que rien ne change,rien ne va,je sais que j'ai fais des petits pas en avant car je dors depuis le 19 dans ma chambre et que j'ai organisé une soirée entourée d'amis et de la famille pour passer en positif une date négative.Le jour et le lendemain où j'ai appris la malformation du coeur de mon Loan.
Je me rend bien compte que je me donne des objectifs pour avancer,mais quand ils sont aboutis,je m'enfonce encore plus.
Comment vais-je pouvoir passer toute une vie avec cette sensation de manque terrible,de chose inachevée,cette douleur qui me rend dingue et qui m'étouffe,me dévore à petit feu....

Je te souhaite de passer encore de belles journées avec tes grandes avant la rentrée.
Je t'embrasse bien fort,je pense bien à toi.
Tendres pensées aussi toutes douces à ta princesse Bérénice et mon prince Loan.
Amitié,Myriam.

Maman de Trystan 14ans,Kylian 11ans,Lizzie,d'une étoile 12SA(2008) Loan (19.12.2009-1.04.2010)opéré d'1 TGV+CIV à 23j

0 appréciations
Hors-ligne
BONJOUR BÉA,

JE PENSE BIEN FORT A TOI EN CETTE JOURNÉE.
JE SOUHAITE A TA JOLIE PRINCESSE UN TRÈS BON MOIS-NIVERSAIRE POUR SES 5 MOIS.
JE T EMBRASSE BIEN FORT ET DOUCES PENSÉES PLEINES D'AFFECTIONS A TOI JOLIE BERENICE.
BISOUS,MYMY.


Maman de Trystan 12ans,Kylian 9ans,d'une poussière d'étoile 12 SA,et de Loan(19.12.2009/1.04.2010)



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres